egiptomaníacos2007

Historia del Egipto Faraónico
 
ÍndicePortalFAQBuscarRegistrarseMiembrosGrupos de UsuariosConectarse

Comparte | 
 

 Il y a 145 ans disparaissait Frédéric Cailliaud

Ir abajo 
AutorMensaje
Semíramis
Admin
avatar

Cantidad de envíos : 53654
Localisation : KV 43
Fecha de inscripción : 10/06/2007

MensajeTema: Il y a 145 ans disparaissait Frédéric Cailliaud    Miér Abr 30, 2014 1:26 am


Il y a 145 ans disparaissait Frédéric Cailliaud

Un destin dessiné dans les pierres

Ce Nantais, né en 1787 dans une famille modeste, se passionne très tôt pour les sciences, la géologie, la minéralogie, les pierres précieuses. Il s'installe à Paris comme bijoutier, puis ayant mis assez d'argent de côté, il peut enfin réaliser son rêve : voyager de par le monde afin de constituer une collection de roches et minéraux.

Après la Hollande, l'Italie, la Sicile, la Grèce, il arrive en Turquie. À Istamboul, il est engagé à la cour du sultan en tant que joaillier. Ce travail lui permet de refaire ses finances et de pouvoir continuer ainsi sa route vers l'Égypte.

Une rencontre va changer sa vie, celle de Bernardino Drovetti, qui est vice-consul de France à Alexandrie. "En janvier 1816, ils partent, accompagnés de mamelouks, pour un voyage de 1200 kilomètres qui les mène jusqu'à la deuxième cataracte."
À son retour, il devient le minéralogiste officiel de Méhémet Ali qui le charge de retrouver les anciennes mines d'émeraude des pharaons. Mission qui sera accomplie avec succès puisqu'il retrouve les mines de Zabara (Djebel Zabarah, ou mont des émeraudes, ou encore mines de Cléopâtre) et de Sekket. Il y découvre aussi les secrets d'exploitation ainsi que les instruments dont on se servait alors.

Il part s'installer ensuite quelque temps à Gournah afin d'étudier les tombes thébaines. Il en prend de nombreux relevés et les scènes qu'il reproduit sont extrêmement réussies et détaillées. Parallèlement, il constitue une collection de papyrus, momies, statues, … et bien sûr de bijoux.
Après une échappée à dos de chameau vers les oasis quasi inexplorés de l'ouest de Thèbes, il décide de revenir en France en novembre 1818.
Moins d'un an plus tard, il est de retour sur le sol d'Égypte, il y revient "au nom de la France avec des fonds et escorté d'un aspirant de la marine royale, breton comme lui, Pierre-Constant Letorzec. Ils sont chargés par l'Académie des inscriptions d'explorer la vallée du Nil et les temples de Nubie... Ils s'habillent à l'égyptienne et prennent une nouvelle identité : Cailliaud s'appellera désormais Mourad effendi, et Letorzec, Abdallah el-faki. Du Fayoum, ils descendent à dos de chameaux jusqu'à Assiout en visitant les oasis sur 1800 km."

De retour au Caire, ils sont approchés par Méhémet Ali qui projette une expédition vers le sud afin d'explorer d'éventuelles ressources minières et de ramener de nombreux esclaves. Mais une cabale menée contre eux modifiera quelque peu le projet. C'est avec un certain retard qu'ils poursuivent ce voyage qui les mènera jusqu'en Éthiopie. Comprenant quantité de tracés et de relevés, cette somme de connaissances leur permettra ensuite de réaliser la carte de l'Égypte à l'Éthiopie. Ils arrivent jusqu' à Kartoum, puis "le 25 avril 1821, Cailliaud et Letorzec découvrent les "tarâbyls", nécropole de l'ancienne capitale du royaume de Koush, Méroé. Ils vont recenser 184 pyramides de pierres taillées, dont 47 encore en assez bon état."

De retour à Thèbes, ils continuent leurs relevés. "Les temples et les tombes de la région de Thèbes seront reproduits sur 89 planches de la collection des "arts et métiers".
Leur voyage se termine par la visite, à Saqqara, de la pyramide à degrés de Djoser qui vient d'être découverte et dont ils relèvent les passages et couloirs.
En 1822 ils sont de retour en France avec une collection de 950 pièces. L'année suivante, dans son cabinet de la rue de Sèvres à Paris, Cailliaud procède à "l'ouverture publique" de la momie de Padiimenipet achetée en 1820 à Thèbes.
Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en 1824. "En reconnaissance, Charles X lui remettra une armoire aux reliefs s'inspirant du pylône du temple d'Amon de Naga ainsi qu'un boîtier en or au chiffre royal de diamant".

Il relate ses expériences et recherches dans plusieurs ouvrages : "Voyage dans l'oasis de Thèbes et dans les déserts situés à l'est et l'ouest de la Thébaïde", "Voyage à Méroé et au fleuve Blanc" et "Recherches sur les arts et métiers, les usages sur la vie civile et domestique des anciens Égyptiens".
En 1836, Il est nommé conservateur du Musée de Nantes, musée auquel, dès 1819, il avait offert des antiquités. Il occupera ce poste pendant 30 ans.
Il meurt le 1er mai 1869. Il lègue une partie de sa collection égyptienne au musée archéologique Dobrée de Nantes. Ce sont ainsi plus de 40 pièces qui vont enrichir le fonds qu'il avait préalablement constitué. En 1882, Emmanuel de Rougé en dressera un inventaire détaillé.
MG

Pour en savoir plus :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Frédéric_Cailliaud
http://nefercoco.free.fr/cailliaud.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Zabarah
http://www.cosmovisions.com/Cailliaud.htm
http://www.kronobase.org/chronologie-categorie-Frédéric+Caillaud.html
https://www.saudiaramcoworld.com/issue/201301/the.explorations.of.fr.d.ric.cailliaud.htm
http://www.museum.nantes.fr/pages/03-apercu/echino/fredericcailliaud.htm
http://egyptedes3deesses.voila.net/cailliaud.html
Michel Chauvet, "Les Aventures d'un naturaliste en Égypte en au Soudan : 1815-1822" article Toutankhamon Magazine n° 8.

Illustration : Ces trois images successives montrent comment Frédéric Cailliaud, ancien étudiant en dessin et joaillier, a produit les élégantes plaques de couleur publiées entre 1831 et 1837. La version de gauche comporte ses annotations concernant les couleurs et certains détails. La version centrale est plus claire et plus finement détaillée. Enfin, la version finale, à droite, apparaît comme planche n° 45a dans "Recherches sur les arts et métiers, les usages sur la vie civile et domestique des anciens Égyptiens".



https://www.facebook.com/pages/%C3%89gypte-actualit%C3%A9s/423633907711768
Volver arriba Ir abajo
Ver perfil de usuario http://nieblaysombras.blogspot.com/
 
Il y a 145 ans disparaissait Frédéric Cailliaud
Volver arriba 
Página 1 de 1.

Permisos de este foro:No puedes responder a temas en este foro.
egiptomaníacos2007 :: 

EGIPTO ACTUAL

 :: Egipto: Exploradores, descubridores, arqueólogos y egiptólogos
-
Cambiar a: